FANDOM


Début juillet. Fin des cours pour les adolescents de La Boue.

La Boue, c’est un petit village campagnard et tranquille, mais qui regorge d’activités quand on y prête attention. Genre, la chasse aux insectes. Une soixantaine d’habitants y réside, et la majorité de sa population est constituée d’adolescents entre 13 et 19 ans. Ils participent beaucoup à la vie de La Boue, et c’est ce qui les rend populaires auprès des « vieux », en faisant des petits boulots ou en s’amusant, tout simplement. Tous forment une bande, surnommée « la petite communauté du Wiki ACW ». Le Wiki ACW, c’était le nom du site touristique de La Boue. C’était le maire qui leur avait commandé ce petit boulot, bien que personne ne venait jamais à La Boue. Il était un peu cinglé, Tortimer.

Bref, après cette petite mise en contexte, l’été 2017 peut enfin commencer. 

Pour fêter l’arrivée des vacances, la « petite communauté du Wiki » se rendit à la place pour préparer des projets ensemble pour l’été. Comme à son habitude, Axel sauta au cou d’Antoine et Athé lorsqu’il les vit. Coline était ravie de voir Albane, et Jason parlait de pandas roux avec Layla et Laurie. Tigali, Victor, Hugo et toute une portée de personnes dont les noms seraient trop longs à citer, discutaient entre eux. Enzo salua le groupe avec son habituel « Alola ! ». Il manquait quelques personnes à l’appel, dont Georges et Olivia qui étaient partis en vacances. Minucia aussi était absente, et bien qu’elle eût été une jeune adulte, elle faisait partie de la troupe.

« Bon, vous avez prévu quoi pour ces vacances ? commença Antoine.

- Rien, répondit Cherrubee. À part mater Secret Lelie, je veux dire. - Rien pour le moment. Je ne pars qu’en août, déclara Jane. - Rien de spécial non plus, enchaîna Anaïs – et une bonne dizaine d’autres qui n’avaient pas trop réfléchi à la question. Et toi ? - Perso, je comptais construire une cabane, annonça l’intéressé, tout fier. - Encore une ?! s’exclama Axel. Mais tu ne les finis jamais ! - Non, mais là, c’est pas pareil, précisa Antoine. J’allais vous proposer qu’on en construise une tous ensemble, dans un arbre, avec de la décoration et tout. J’ai trouvé un coin sympa près d’une rivière, bien caché pour qu’on soit tranquilles. On pourra même se baigner. - Chanmé ! Ça me tente bien, lel, s’exprima Cherrubee dans son dialecte bizarre. - Bonne idée, j’y mettrai un poster de Tokyo Ghoul, rit Danosh. - Jajaja. Blague à part… Avouez qu’on a tous déjà rêvé d’une vraie cabane perchée quand on était petits, dit Fennec. - Non, pas moi, je suis née adulte, plaisanta Miirage. - Trop des barres, s’esclaffa la jeune kikoolel. »

Tout le monde semblait d’accord sur ce projet qui s’annonçait amusant, surtout Axel qui jubilait à l’idée de voir Antoine transpirer sous le poids de l’effort et de se mettre (éventuellement) torse nu. Mais ne t’inquiète pas, Antoine. Je n’écrirai pas de telles choses sur toi et ton corps, promis. Pardonne-moi si tu es déçu, Axel. Mais passons.

Chacun y alla de bon train et proposa ses idées : « Moi, je veux bien m’occuper de la déco si vous êtes d’accord, proposa Fleur. - J’ai tout un tas de chutes de bois chez moi, je pourrais les prendre, annonça Pieuvre. - J’apporterai des outils, déclara HSN. - Et si on commençait par voir ce fameux coin, d’abord ? objecta Sturdya en riant. »

Antoine se dirigea vers la forêt suivi de près par ses amis. Il avait l’impression d’être Moïse guidant le peuple quand ils traversèrent les hautes herbes (leurs traces séparaient les plantes en deux, comme les vagues dans la Bible). Tigali et Enzo recherchaient des Pokémon mais Hugo les rappela à l’ordre : la cabane avant, les monstres de poche après. Point barre. Finalement, ils arrivèrent au lieu tant attendu. Un gigantesque chêne au tronc et aux branches épaisses trônait dans une clairière. L’endroit idéal ! Le soleil filtrait à travers les feuilles et l’arbre était placé à proximité de l’eau. Il y avait même des buissons avec des mûres. Erza en salivait d’avance. Zack et FireSky en profitèrent pour en cueillir quelques unes. Quant à Yondaine, le soleil lui donnait envie de faire la sieste... (Oui ?) « Magnifique, souffla Yakata. - Bon, comment on procède, maintenant ? demanda Margot. - Je suis un expert en cabanes, faites-moi confiance, se pavana Antoine. »

Il monta dans l’arbre et hurla pour que tout le monde l’entende : « Ici, c’est parfait ! » Il donna des ordres et des directives à accomplir à chacun. Trouver les matériaux en premier lieu. Un groupe se chargerait de trouver des branches mortes dans la forêt, un autre devait chercher des planches et des outils… Tous y mettaient du sien pour mener à bien le projet. Un vrai projet, qui demandait du temps et des efforts, mais qui vaudrait le coup !

Vers la fin de l’après-midi, la cabane avait bien avancé. Cependant… Une pluie diluvienne s’abattit sur la forêt et tout le monde dû rentrer chez lui. Pendant des semaines, on eût droit à des averses et à de l’orage. Déception générale. C’est ainsi qu’Antoine découvrit la malédiction qui pesait sur lui depuis sa naissance : jamais, ô grand jamais, il ne pourrait terminer ses cabanes.

Fin.